top of page

Travail du dimanche au rabais dans les grands magasins

Mardi 29 septembre 2015, lors de la troisième réunion de négociation sur l’ouverture des grands magasins en zones touristiques internationales, l’UCV (Union du grand Commerce de Centre Ville) a présenté ses propositions :

  • En lieu et place du doublement des salaires qui a pourtant été un des éléments marquants du lobbying de Claude Boule (président l’UCV), 37 dimanches seraient majorés à 30 %, 3 à 40 %, 7 à 50 %, et 5 uniquement à 100 % ;

  • Création d’un statut particulier pour les salariés dont le contrat prévoirait le travail du dimanche à l’embauche et pour lesquels le volontariat ne serait absolument pas garanti ;

  • Prise en charge des frais de garde pour les enfants de moins de 10 ans à hauteur de 1 € 82 de l’heure pour un salarié qui travaillerait tous les dimanches ;

  • Création de 1000 postes pour l’ensemble des magasins (quand il avait été question de 2000, 8000, voir plus) ;

  • Et bien sûr, aucune garantie dans l’accord pour les salariés des maisons extérieures et de la démonstration qui seront pourtant jusqu’à 90 % des salariés amenés à venir travailler le dimanche dans les grands magasins.

Pourtant, afin d’obtenir d’ouvrir tous les dimanches et jusqu’à minuit, les patrons des grands magasins ont tout promis : doublement des salaires pour le travail du dimanche, créations de milliers d’emplois, volontariat… Après avoir vu tous ses vœux exaucés, le syndicat patronal de la branche, l’UCV, abat ses cartes sur un jeu de dupes.


Ce que nous avions déjà dénoncé se traduit dans les faits, l’ouverture des magasins ne se fera qu’au bénéfice des grandes enseignes de la distribution et au détriment des salariés. Le Clic-P appelle donc tous les salariés du commerce à se mobiliser contre le travail dominical le 15 octobre.

Clic P 30.09.2015
.pdf
Download PDF • 63KB

Crédit photo : Adobe Stock

1 vue
bottom of page