top of page

2ÈME TOUR DES ÉLECTIONS LÉGISLATIVES : Régression nationale ou progrès social?

Notre Conseil Fédéral, réuni ce jour, a conscience de la gravité du moment pour la première fois depuis la Seconde guerre mondiale, l'extrême droite peut arriver aux responsabilités. Or l'histoire mais aussi l'actualité récente dans plusieurs autres pays (Brésil, Hongrie, Italie etc.) nous a appris qu'une fois en place, son installation au pouvoir se traduit par la régression des libertés publiques, des droits des femmes, les yeux doux au patronat et les attaques, y compris physiques, contre les organisations syndicales, leurs membres et les minorités.

Plus de trente ans de politiques antisociales, c'est plus de 30 % pour l'extrême droite ! Après avoir écrasé la révolte des Gilets Jaunes pour la dignité, réprimé celle des quartiers populaires pour l'égalité, diabolisé l'engagement de la jeunesse pour la justice climatique et muselé la lutte contre la retraite à 64 ans, la détestation de Macron ne doit pas nous faire tromper de colère alors que le Premier Ministre a dû remiser sa réforme de l'assurance chômage, celui qui prétend le remplacer fait pareil, avant même d'être élu, vis-à-vis de celle des retraites... Quelle supercherie !


La constitution d'un Nouveau Front Populaire, en dépit de toutes ses limites, exprime le besoin d'unité de notre camp social qui doit infuser localement, dans les entreprises et dans les lieux d'études. Essor des services publics, limitation de l'influence des milliardaires dans les médias, rapprochement des décisions politiques de la population, lutte contre la précarité et amélioration des conditions de travail etc. des solutions existent pour à nouveau faire société.


Quelle que soit la configuration qui sortira des urnes ce dimanche, n'oublions jamais que c'est par les mobilisations que le monde du travail a toujours arracher des droits. Même en cravate, le cœur du projet de société de l'extrême droite n'a pas changé soit ajouter au tri par l'argent celui par l'origine. Notre Fédération appelle à le refuser tout comme elle couvre par le présent appel les salarié-es de nos secteurs d'activité qui manifesteraient contre dans les jours à venir.


TRAVAIL DOMINICAL ET VOTE

Article L. 3132-25-4 du Code du travail

"L'employeur prend toute mesure nécessaire pour permettre aux salariés d'exercer personnellement leur droit de vote au titre des scrutins nationaux et locaux lorsque ceux-ci ont lieu le dimanche."


CP 05.07.24
.pdf
Télécharger PDF • 171KB


Comments


bottom of page